Sortie de corps… OBE (out of body experience) – sortie astrale

obe.jpg

Charles T. Tart a effectué un nombre important d’expériences pour tenter de comprendre scientifiquement les « sorties hors du corps ». Je partage avec vous plus bas cet extrait d’étude psychophysiologique .


Le terme de Ouf of Body Experience (OBE), ou sortie « hors du corps » en français, désigne une expérience spontanée ou provoquée, pendant laquelle la conscience semble se décentrer par rapport au corps : le sujet a l’impression de voir depuis le plafond, de pouvoir voyager sans limites dans l’espace, etc.

LE VOYAGE ASTRAL :

L’expression voyage astral désigne l’impression que l’esprit d’une personne se dissocie de son corps physique, vivrait une existence autonome et pourrait explorer librement l’espace environnant.

Il existe plusieurs synonymes de cette expression :
-décorporation,
-dédoublement astral,
-excursion psychique,
-expérience hors du corps nommé EHC,
-OBE pour Out-of-Body Experience en anglais,
-projection astrale,
-projection du corps astral,
-SHC pour sortie hors du corps,
-transe ecsomatique,
-voyage hors du corps.

L’expression « expérience hors du corps » est plus récente, relèvant davantage de la psychologie.
L’expression « voyage astral » appartient à ceux qui croient en un corps astral ou en un plan astral.

L’expérience se produit en diverses occasions, à l’approche de la mort, au cours d’une méditation, lorsque le corps est dans un état de relaxation avancé, lors du sommeil profond, sous l’emprise de drogues hallucinogènes.

« Les expériences de sortie du corps (ESC) véridiques, ne se limitent pas aux situations de mort imminente et aux cas de mort clinique, elles peuvent aussi survenir durant la pratique spirituelle ou au cours de séances de psychothérapies expérientielles puissantes telles que la thérapie primale, le rebirth ou la respiration holotropique. »

*** – ***

Que se passe t’il dans le cerveau quand une personne a une expérience hors du corps? Une équipe de scientifiques a une ébauche de réponse.

Dans une nouvelle étude, des chercheurs ont utilisé un scanner du cerveau et un travail de caméra de fantaisie et cela leur a permis de donner aux participants de l’étude l’illusion que leurs corps était localisé dans une partie d’une pièce autre que celle où ils étaient vraiment.

Ensuite, les chercheurs ont examiné de l’activité cérébrale, pour savoir quelles régions du cerveau ont été impliqués pour chaque participant et noter les perceptions sur l’endroit où son corps était.

Les résultats ont montré que l’expérience consciente de l’endroit où se trouve son corps provient de l’activité dans les zones du cerveau impliquées dans les sentiments de propriété du corps, ainsi que les régions qui contiennent des cellules connues pour être impliquées dans l’orientation spatiale, les chercheurs ont dit.

Des travaux antérieurs fait chez les animaux avait montré ces cellules, surnommé « cellules GPS, » ont un rôle clé dans la navigation et de la mémoire.

Le sentiment de posséder un corps « est une expérience très basique que la plupart d’ entre nous tiennent pour acquis dans la vie quotidienne», a déclaré le Dr Arvid Guterstam, un neuroscientifique à l’Institut Karolinska en Suède, et co-auteur de l’étude publiée aujourd’hui (Avril 30) dans la revue Current Biology.

Mais Guterstam et ses collègues ont voulu comprendre les mécanismes cérébraux qui sous – tendent cette expérience tous les jours.

Mains en caoutchouc et des corps virtuels

Dans les expériences précédentes, les chercheurs ont exploré le sentiment d’être hors de son corps. Par exemple, les chercheurs ont développé le soi-disant « illusion de la main en caoutchouc » dans lequel une personne portant des lunettes reliées à une vidéo voit une main en caoutchouc être caressé, tandis qu’un chercheur caresse la main du participant (qui est hors de sa vue), produisant le sentiment que la main en caoutchouc est le participant lui même.

Les chercheurs ont utilisé une technique similaire pour donner aux gens le sentiment d’avoir le corps d’un mannequin, ou même un corps invisible, comme ils ont décrit dans un rapport publié  dans la revue Rapports scientifiques.

Dans la nouvelle étude, Guterstam et ses collègues ont voulu comprendre les mécanismes du cerveau derrière la perception de l’endroit où se trouve son corps. Des expériences sur des souris et d’autres animaux ont montré que les neurones appelés cellules GPS sont impliqués dans la navigation de son corps dans l’ espace (ainsi que dans la mémoire), une constatation qui lui a valu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2014.

Ces études d’animaux les place dans un labyrinthe virtuel, tandis que les électrodes sont reliés à leur cerveau. « Mais nous ne savons pas ce que les animaux perçoivent », a déclaré Guterstam Live Science.

Pour mieux comprendre comment fonctionne le processus chez l’humain, les chercheurs ont scanné le cerveau des personnes qui connaissaient l’illusion d’être en dehors de leur corps, selon Guterstam.

Out-of-body expérience

Dans la dernière expérience, les participants sont placés dans un scanner IRM tout en portant un visiocasque avec un ensemble de caméras ailleurs dans la salle. Les caméras ont été placées pour regarder vers le bas sur le corps d’un étranger, alors qu’une image du corps propre du participant se trouvant à l’intérieur du scanner est visible en arrière-plan.

Pour produire l’illusion hors de corps, les chercheurs ont touché le corps des participants avec une tige tout en touchant simultanément le corps de l’étranger dans le même lieu.. Pour les participants, cette technique produit l’illusion que leur corps est dans une autre partie de la pièce que celle où il est en réalité.

« Il s’agit d’une expérience très fascinante», a déclaré Guterstam.

«Il faut un effet tactile, et tout à coup vous vous sentez réellement comme vous vous trouvez dans une autre partie de la salle. Votre corps se sent tout à fait normal -. Vous ne vous sentez pas comme il est flottant autour, » at-il ajouté.

Ensuite, les chercheurs ont analysé l’activité cérébrale dans le lobe temporal et pariétal des participants, qui sont impliqués dans la perception spatiale et le sentiment de posséder son corps. De cette activité, Guterstam et ses collègues ont décodé l’emplacement des participants perçu.

Les chercheurs ont découvert que l’hippocampe, une région où les cellules de GPS ont été trouvées, est impliqué dans la détermination et conscience de : où est mon corps.

Ils ont également constaté qu’une région du cerveau appelée le cortex cingulaire postérieur est ce qui lie le sentiment d’où le moi se trouve avec le sentiment de posséder un corps.

Les résultats pourraient un jour conduire à une meilleure compréhension de ce qui se passe dans le cerveau des personnes atteintes d’ une maladie appelée épilepsie focale, qui ont des crises qui affectent seulement la moitié du cerveau, ainsi que les personnes atteintes de schizophrénie.Les OBE sont plus fréquemment rapportés par ces groupes.

Il peut également aider à mieux comprendre l’effet du médicament anesthésique kétamine (qui est utilisé illégalement à des fins récréatives), ce qui peut induire des sentiments similaires d’être retiré de son propre corps, selon Guterstam.

« Nous ne savons pas ce qui se passe dans le cerveau [dans ces conditions], » at-il dit, « mais ce sens de l’auto-localisation pourrait impliquer les mêmes zones du cerveau», comme ceux de son étude.

*** – ***

Partage d’un  article, publié initialement dans le Journal of the American Society for Psychical Research en 1968, est un exemple du type de recherche effectuée sur le sujet.

Les expériences de sortie hors du corps (out of the body experiences ou OBE) sont toujours restées en périphérie du champ de la recherche psychique malgré tout ce qu’elles impliquent en terme de survie et bien que leur intérêt inhérent ait été reconnu depuis longtemps. Cette négligence est due au fait qu’une approche expérimentale des OBE est extrêmement difficile.

Dans l’immense majorité des cas rapportés, l’expérience ne s’est produite qu’une fois dans la vie des sujets « pas spécialement doués ».

Les quelques personnes qui ont affirmé vivre de telles expériences à volonté n’ont pas été, en grande partie, étudiées par des chercheurs psi quoique les raisons de ce manque d’investigation ne soit pas claires.

Les quelques tentatives « expérimentales » pour induire de telles expériences ont presque exclusivement été des essais impliquant l’usage de l’hypnose .

On a donc un phénomène dont l’occurrence est assez rare, qu’on ne sait pas produire expérimentalement et dont l’apparition « spontanée » ne peut être prédite.
On ne peut pas étudier à fond un phénomène qui ne se produit pas quand on est prêt à l’étudier.

Excepté l’excellent travail initial d’Hornell Hart  et certains ouvrages récents de Robert Crookall  sur le contenu expérientiel des comptes-rendus d’OBE et ce qui les précède parfois, on ne sait pratiquement rien sur la nature de telles expériences et leurs causes possibles.

Je m’intéresse aux OBE depuis plusieurs années et j’ai souvent abordé le sujet avec des gens que je connais. Lors d’une conversation avec une amie  il y a quelques années, celle-ci m’a raconté avoir des OBE spontanées à peu près deux à quatre fois par semaine et m’a dit être intéressée par la perspective de devenir sujet d’étude de laboratoire.

Grâce à cette opportunité de recherche inhabituelle, je l’ai donc étudiée pendant quatre nuits dans un laboratoire du sommeil afin de déterminer les éventuelles données physiologiques corrélées avec ses OBE.

Compte rendu des études psychophysiologiques qui ont été menées==> ICI :

4 réflexions sur “Sortie de corps… OBE (out of body experience) – sortie astrale

  1. Donc quand je me relaxe
    avec l’aide dune aide comme vos vidéos qui fait voir mon Corp et que jee Rand quel par dans monoi intérieur et
    que je vois des couleur une grande aller voi des livre ou des enveloppe jaune ext
    je trouve la aligné ces bien ça ? ses beau j’espère que ses ça merci de me dire ci ses ça.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s