Archives de tags | l’âme

Les somnifères de l’âme

-dédicasse au âmes égarées, je partage-

dodo2

Les somnifères ne sont pas toujours ceux que l’on croit…

Ils ne sont pas ces petits cachets si minuscules et désastreux pour votre corps.
Ces derniers sont poison.
Les vraies somnifères, ceux qui vous endorment et vous freinent de toute énergie, ce sont vos peurs, vos doutes, tous ces murs de briques construits de chagrin, de déception et tout autre sentiment qui ronge le Cœur et l’esprit.

Vos peurs et vos doutes sont insidieux, chaque jour ils travaillent à vous faire régresser, à vous empêcher de Vivre et de vous libérer.

Vous en êtes devenus prisonniers, et votre véritable Nature en souffre, se sent étouffée. Et elle l’est.

Elle se terre sous vos innombrables excuses. Celles qui vous empêchent d’oser.
Elle se terre sous votre frustration.  Celle qui étrangle l’envie de fausse raison.

Elle se terre sous vos blessures. Celles que vous n’avez pas pris le temps de panser. Elle se terre sous vos silences.

Ceux qui préservent l’illusion.L’illusion que votre vie vous convient parfaitement.

L’illusion que ce que vous avez construit ne pourra jamais s’effondrer d’un simple coup de vent. Et pourtant… La tempête gronde.

Elle gronde si fort en vous que viendra le moment où vous ne pourrez plus la dissimuler de sourires et de faux-semblants…

Défaites les amarres qui vous ancrent à des choses qui ne vous conviennent ou ne vous ressemblent plus.
Lâchez prise sur tous ces détails qui ne sont que des excuses du mental pour ne pas Regarder les vraies évidences…

Déroulez votre horizon intérieur, observez sa Lumière et la Paix qu’il vous promet. Et libérez la tempête, avant qu’elle ne s’échappe, avant qu’elle ne happe vos premiers pas.

Ceux où vous déciderez enfin d’entamer le Chemin.
Déposant derrière vous la peur qui endort, le doute qui freine. Et quittant une bonne fois pour toutes, l’illusion dont vous êtes le créateur, pour de vrais paysages intérieurs.

Ceux du rire, de la liberté, de la Joie, de l’être passionné de Vie et d’Éveil qui sommeille loin au fond de Vous.

Laissez tomber les somnifères de l’Âme, Éveillez-vous !

Namasté ♥ -internet-

Parlons synchronicité

On a tous vécu un jour de ces coïncidences qui « tombent vraiment bien » et que le psychiatre suisse Carl Gustav Jung appelle des « synchronicités ».

Etre réceptifs à ces événements hasardeux, liés par le sens et non par la cause, nous permet d’affiner notre intuition.

Les synchronicités sont des heureux hasards liés par le sens et non par la cause. Y prêter attention et les tolérer sans vouloir les expliquer à tout prix affine notre intuition (Tableau de Magritte)
Mystérieuses heureuses coïncidences…
Elles se manifestent juste au bon moment, nous permettant « comme par magie » de débloquer une situation ou d’accéder à nos désirs.
C’est l’histoire d’untel, qui, dans un journal laissé dans un bus, tombe pile sur l’annonce du logement idéal, ou d’un autre qui rencontre sur un chemin pris au hasard LA personne qu’il fallait pour faire avancer son projet, ou encore celle d’un dernier, qui, en plein questionnement intérieur rentre dans une librairie et tombe, dans un livre ouvert machinalement, exactement sur l’information dont il avait besoin pour avancer.
Une réponse à un besoin conscient ou inconscient
Certains diront que c’est là l’expression du pur hasard, d’une probabilité statistique certes mince, mais relevant du possible.
Ou bien d’un excès d’interprétation de l’esprit prompt à ramener à lui ce qui l’arrange. Oui, mais…
D’autres cas de coïncidences troublantes, comme celle par exemple concernant l’acteur Anthony Hopkins et d’un livre retrouvé par « hasard » sur un banc public alors qu’il avait cherché ce livre en vain dans plusieurs librairies, laissent perplexes.
Pour le psychiatre suisse Carl Gustav Jung, ces « hasards nécessaires » *, n’ont rien de fortuit. Au contraire, il voit dans ces des événements liés par le sens et non par la cause, une forme de réponse de l’univers à un besoin exprimé consciemment ou inconsciemment par la personne, et venant transcender l’espace et le temps.
Cette conception d’un hasard intelligent, porteur de sens, si elle est étrangère à nos esprits occidentaux, est beaucoup plus naturelle du côté de l’Orient, qui conçoit le hasard dans sa globalité, comme une loi de cause à effet. L’anecdote du scarabée Jung a nommé ces heureuses coïncidences des « synchronicités ».
Un terme qui, bien qu’utilisé dans le langage couramment, ne figure dans aucun dictionnaire. C’est à la suite de la célèbre anecdote du scarabée que Jung put formaliser et développer sa théorie.
Alors qu’il se trouvait un jour en consultation avec une patiente, celle-ci lui narrait un rêve où on lui offrait un bijou en forme de scarabée.
A ce moment là, une cétoine dorée se mit à taper contre la vitre du bureau, voulant s’introduire dans la pièce. Jung ouvrit la fenêtre, saisit l’insecte et s’adressant à la patiente, médusée, « le voilà, votre scarabée ! ». La patiente, très rationnelle, reçut un choc qui lui permit d’avancer dans son travail d’analyse.
Le psychiatre suisse Carl Gustav Jung a élaboré sa théorie sur les synchronicités après avoir vécu une coïncidence signifiante impliquant un scarabée doré et une de ses patientes qu’il suivait en travail d’analyse.
La crêperie, le coup de pied et Jung – Voici une anecdote de coïncidence troublante.
Un jour, en conversation avec un proche, l’heure du déjeuner approchant, je lançais : « J’aimerai bien manger dans une crêperie, mais je n’en connais aucune ici ».
Mon interlocuteur heurta alors par inadvertance avec son pied la pile de magazines disposés sur la table basse .
Un journal -un seul- s’échappa et tomba à ses pieds, ouvert. Il le saisit, le retourna et me le montra, stupéfait : « Tiens, regarde, le voilà ton restaurant. Et en plus, il est à une rue d’ici ».
A la page entr’ouverte du magazine figurait en effet un article sur une crêperie située à cinq minutes de là, dont j’ignorais l’existence, et où nous allâmes finalement déjeuner…
Détail qui a son importance, et qui nous fit sourire l’un et l’autre : notre conversation de la matinée portait justement sur la théorie de Jung et des synchronicités.

Sans tomber dans la pensée magique, il est intéressant d’accueillir les synchronicités qui se présentent à nous.

Elles arrivent souvent par paquets, en général dans les moments clés de l’existence, de transformation, de transition, mais pas toujours. Elles peuvent aussi être tout à fait anodines, à l’image de l’anecdote personnelle racontée ci-dessus.
On reconnaît facilement les synchronicités car elles ont cette empreinte de sidération et résonnent profondément en nous.
Il peut même arriver, en fonction de son système de croyances, qu’on se sente guidé, soutenu dans la réalisation de nos désirs, par une « force supérieure » ou « transcendante ».
Accueillez les synchronicités sans les juger
Dans tous les cas, les synchronicités sont en lien étroit avec l’intuition.
Plus on va accepter l’idée de synchronicités et ouvrir son esprit, le plus elles vont se manifester, et plus notre intuition va s’ouvrir.
Et vice versa, le plus les synchronicités se manifestent dans votre existence, plus l’intuition se libère, s’ouvre.
Ainsi, lorsqu’une synchronicité survient :
– Ne la jugez pas, ne la dénigrez pas, surtout si elle concerne une chose anodine, n’essayez pas à tout prix de l’expliquer, de la faire rentrer dans une case.
– Recevez-la simplement, observez-la, ressentez en quoi elle résonne en vous.
– Goûtez le bien-être, le bonheur, la satisfaction et les émotions positives qu’elle vous apporte. Ne vous empêchez pas de savourer ce « cadeau ».
Partagez-le, si vous avez envie, avec d’autres personnes de votre entourage.
– Remerciez. En fonction de votre système de croyance personnel, vous pouvez remercier la synchronicité elle-même, Dieu, l’Univers, les forces de la Nature, ou vous-même…
La gratitude est une arme puissante d’ouverture spirituelle, en lien avec l’ouverture intuitive.
Namasté Ame Lumineuse 🙂

“L’intuition est un espace de liberté pour notre moi profond”

« L’intuition est d’autant plus essentielle qu’elle est mal comprise par les thérapeutes.
Il s’agit d’un espace de liberté pour notre moi profond : protégeons-le précieusement contre les explications pseudo-rationnelles de sa nature ».
 -lecture inspirante- internet
François de Witt, extrait de son livre La preuve par l’âme, édité chez Trédaniel.
Parcours étonnant et détonant que celui de François de Witt, formé dans les hautes sphères scientifiques de l’école Polytechnnique, puis journaliste économique dans divers magazines comme l’Expansion, Challenge et Mieux Vivre son Argent, dont il fut le rédacteur en chef.
Dans son livre, sorti chez Trédaniel en 2015, La preuve par l’âme, il enquête avec une rigueur irréprochable, tout en se mettant à nu à travers son propre cheminement spirituel, sur la probable existence de l’âme et sa survie après la mort.
L’intuition, qui lui est intimement liée, est ainsi récurrente et omniprésente dans son propos. Il livre notamment un éclairage passionnant sur les rapport entre philosophie et intuition, des Grecs anciens aux modernes, évoquant notamment le « Daïmon » de Socrate, sorte de manifestation de l’esprit, présence protectrice que les religions du livre associent au « souffle divin ».
Il cite encore la mystérieuse fondatrice de l’école de téosophie, au 19e siècle, à Londres, Helena Blavatsky, pour qui « l’intuition est l’instinct de l’âme ».
François de Witt en est convaincu : « l’intuition est une connexion fugace avec l’univers dégagé », c’est à dire l’autre face de l’univers tangible tel que nous le connaissons et que la mécanique quantique semble explorer.
Bonne lecture
Namasté Ame lumineuse 🙂  internet

L’âme humaine

-approche poétique, partage-

L’âme peut se définir comme la dimension supérieure de l’être, son corps le plus subtil, le plus éthérique.

L’âme est d’origine céleste, elle est ce qui relie l’être humain à la Source de toute chose : le Divin.
L’âme est incorruptible et éternelle, elle est ce qui nous survit après la mort terrestre.

Lire la suite

Repeindre le monde aux couleurs de notre âme …

-approche artistique-partage

Repeindre le monde aux couleurs de son âme… quel bien beau projet

Sur le chemin qui mène à la réalisation de soi-même, nul besoin d’être Picasso, Manet , Matisse, ou un génie- soyez vous mêmes.  Nos Guides et la source nous accompagnent.
Etre dans la lumière c’est accepter de colorer notre vie,  notre âme.
Notre chemin de vie étant unique, nous pouvons au gré des inspirations faire évoluer les couleurs et harmonies vibratoires.Notre âme nous permet de naître à nous-mêmes, de nous connaître et de nous reconnaitre.C’est un chemin croisé d’expériences plus ou moins agréables .
Mais ces expériences sont toutes nécessaires pour apprendre l’intelligence de la paix et du pardon, l’harmonie, la bienveillance, le partage etc…

Ce chemin permet de faire remonter à la conscience les mécanismes de l’égo (que nous devons laisser au bas astral) et comprendre les schémas de violence qui sommeillent en nous, qui sont des résidus à évacuer.

Il nous apprend à dissoudre tous les vecteurs de violences et de jugements qui sont ancrés en nous.
La vie est une expérience merveilleuse qui permet de constamment repousser nos limites et de découvrir que de nouveau ces limites sont sans limites.

Chaque jour, chaque heure et chaque minute, elle nous offre la grâce de la révélation de notre véritable identité.

Et voici que se lève lentement en nous un silence d’Amour et de Présence qui font de nous des hommes de paix et d’espoir,

Parce qu’aujourd’hui le monde est entrain de changer, que sa lumière et donc ses couleurs se transforment, nous pouvons participer à ce changement et le repeindre aux couleurs de nos âmes.

Et vous, quelles sont vos couleurs ?

Namasté Ame Lumineuse 🙂 -internet-