La notion de temps

Espace et temps, constituent les deux sources majeures des angoisses métaphysiques de l’être humain et en même temps les deux remparts les plus solides que l’homme ait construits pour se rassurer, mais aussi pour s’emprisonner.
L’infini spatial et l’éternité sont les deux mystères qui échappent à la compréhension logique.
On peut concevoir la notion d’infini, on ne peut la représenter.
Le vertige s’empare de la raison lorsqu’elle cherche à se représenter une origine et un terme infinis. L’effroi naît de cette impuissance.
Pour se rassurer face à l’insaisissable, l’homme s’est construit des références : les mesures.
En construisant des systèmes de mesure de l’espace et du temps, l’homme s’est donné l’illusion de maîtriserl’incompréhensible.
Mais si vaste que soit l’espace qu’il prétend enfermer dans ses calculs, si précise que soit sa compartimentation du temps, tous ses efforts, tout son génie ne lui servent en fait qu’à s’isoler de sa peur, à l’éloigner du mystère. mais celui-ci reste entier, source inépuisable de l’angoisse essentielle.
La pensée rationaliste, merveilleux instrument de maîtrise de la nature par l’homme, paraît toujours plus justifiée par chacun de ses progrès. Elle est dans la nature des choses. Mais, au contraire de son ancêtre égyptien, l’homme moderne, au nom de la réussite de sa science intellectuelle, s’est cru autorisé à nier le mystère.
Il est d’autant plus enclin à le nier qu’il s’enfonce plus loin dans sa démarche rationalisante. Sans voir qu’il renonce de ce fait à l’indispensable liaison avec l’ineffable. Car le mystère n’est effrayant que pour celui qui le nie. Le rapport naturel au mystère est celui de la communion.
Osiris, dieu de la mesure, est un dieu mort, éternellement figé dans ses bandelettes de momie. La mesure permet, rassure et fige. Elle est principe et permanence.
Combien de fois voit-on au début des cures de rêve éveillé, ces images de cadres, de sarcophages, de statues, de momies, qui sont autant de figurations de l’être pétrifié, enfermé dans son besoin, dans sa recherche de cohérence intellectuelle ?
La vie est évolution, liberté, transformation incessante. cela exige l’acceptation de mouvement dans un espace et un temps vécus comme un accueil, non comme une perdition. C’est le sens d’Isis, déesse de la Vie et de la Transformation.
G. Kolpaktchy constate que l’âme égyptienne communiait avec l’espace et l’éternité.
Le temps n’existe pas…ni de notion de changement du temps… On est au-dessus du temps… On voit tout…tout en même temps…
L’infini et l’immédiat, puisqu’on est au-dessus….comme une cellule où tout est inscrit et tout fait partie d’une unité !
On ne peut s’empêcher, devant cette impressionnante roue du temps, de penser à la révélation du Bouddha ainsi qu’au mythe de l’éternel retour.
Mais vous aurez observé aussi que l’Egypte et le pharaon sont encore présents dans la séquence. Cette perspective ouvrant sur « un temps qui n’existe pas », qui n’a ni origine ni fin, mais qui peut être regardé dans sa totalité, se heurte à notre vue étroite et parcimonieuse du temps.
Autant nous admettons avec une relative aisance qu’un espace infini puisse être entièrement déployé, autant la pensée se rebelle contre la représentation d’une éternité également déployée.
Le langage traduit la différence d’approche envers les deux mystères, puisque nous prétendons « parcourir » les distances alors que nous avons l’impression de « subir » des durées. La différence d’impression face à un espace stable et à un temps fugitif provient du fait que nous pouvons avancer ou reculer dans l’espace , alors que nous ne pouvons revenir sur le temps passé.
Mais n’est-ce pas une simple illusion d’optique ?
On peut aussi soutenir que l’éternité est une donnée immuable intégralement déployée et que seule la matière et ses changements d’état marquent des repères sur cette immobilité ! Un prisonnier gardé dans l’obscurité totale et sans contacts réguliers perd complètement la notion du temps.
Ces réflexions n’ont pas de prétention métaphysique.
Elles ont leur place ici, parce que, dès que l’on rentre dans l’univers du rêve, diurne ou nocturne, l’expression s’affranchit des catégories contraignantes que sont les références au temps et à l’espace.
Namasté ❤ -internet-

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s